Le lycée du Garros d'Auch a accueilli Canopé, la DSDEN, la CAF, avec le soutien de la MGEN. Les interventions de l'OCCE 32, de Parents aujourd'hui, de Canopé, de la DSDEN, de la compagnie Canal Art et la conférence de France Arboix-Calas, de l'IRDEF, université de Montpellier, se complétaient afin d'offrir une vision théorique et pratique des compétences psycho-sociales (CPS).

Il a été proposé ce mardi 19 octobre de penser ensemble autour de l'intérêt des CPS : quelle place pour une éducation à la santé dans l'École d'aujourd'hui ? Quel intérêt pour les autres apprentissages ? Cela repose dans sa globalité la question : quelle École pour nos enfants ?

Une matinée de conférence très riche qui resituait l'origine des CPS, définies par l'OMS.

Parmi les freins identifiés à la diffusion de l'éducation aux CPS, favoriser le développement d'une pensée critique chez les enfants et adolescents peut être perçu comme un risque pour les adultes. Un autre point a retenu notre attention à l'OCCE, le fait de développer harmonieusement l'estime de soi ET des autres. Un équilbre que nous tentons de défendre depuis de nombreuses années en nous appuyant sur les ouvrages de Christian Staquet et en accompagnant l'agenda coopératif dans les classes.

Dans les pistes concrètes données par France Arbois-Calas, nous pouvons retenir :

- le jeu des 3 figures, élaboré par Serge Tisseron.

- le cartable des CPS, proposé par l'IREPS, dont l'OCCE utilise régulièrement les outils dans les classes gersoises.

L'atelier OCCE s'est appliqué à faire éprouver trois activités d'éducation émotionnelle, qui favorisent le développement de l'empathie. Ces activités sont issues des travaux de Chrisitan Staquet, d'Omar Zanna, et de l'agenda coopératif de l'OCCE.

 


< Actualité précédente
Animation & Education n°285 vient de paraître
Actualité suivante >
Lancement d’Ecole en poésie 2021-2022